Les monuments d'art et d'histoire MAH / NE

C’est en 1947 que Jean Courvoisier (1922–2010) a engagé les recherches liées aux trois tomes des Monuments d’art et d’histoire du canton de Neuchâtel, projet qu’il a lui-même mené à son terme.

La ville et le canton de Neuchâtel ne se caractérisent pas seulement par le calcaire jaune qu’on y a si souvent mis en œuvre (la fameuse pierre d’Hauterive), mais aussi par les formes architecturales particulières qu’y a inspirées l’esprit réformé. Le bâti historique s’y révèle d’une grande complexité, à la croisée des influences françaises, alémaniques et prussiennes.

Le premier tome, publié en 1955 après huit ans de recherches, est consacré aux monuments d’art et d’histoire du chef-lieu cantonal. D’une structure claire, l’ouvrage se compose de quatre sections dédiées à la ville elle-même, ainsi qu’à ses édifices religieux, publics et privés. Ces derniers sont classés par rues, ce qui facilite beaucoup la consultation de l’ouvrage.

Paru en 1963, le deuxième tome, consacré aux districts de Neuchâtel et de Boudry, présentait pour la première fois simultanément les monuments de localités aussi importantes qu’Hauterive, Boudry, Rochefort ou Colombier.

Quant au troisième tome, consacré au reste du territoire cantonal, il a été publié en 1968. Il comprend les districts du Val-de-Travers (Môtiers, Saint-Sulpice, etc.), du Val-de-Ruz (avec Valangin et son château), de La Chaux-de-Fonds (avec La Sagne) et du Locle (avec Le Locle et La Brévine). Le fait que les villes de La Chaux-de-Fonds et du Locle aient été élevées au rang de Patrimoine mondial en 2009 doit beaucoup aux travaux menés par Jean Courvoisier sur ces hauts lieux de l’industrie horlogère helvétique.

L’auteur a conclu ce troisième volume par un aperçu d’une grande profondeur sur l’histoire artistique du canton.

1 Villa Schwob par Le Corbusier à La Chaux-de-Fonds
Villa Schwob par Le Corbusier à La Chaux-de-Fonds

L’hôtel DuPeyrou à Neuchâtel
L’hôtel DuPeyrou à Neuchâtel

3 Le château de Valangin
Le château de Valangin

photographies: Mascha Bisping